NOESIS est née de la rencontre entre Flora Pilet, artiste chorégraphique et Alexandre Le Petit, dramaturge et metteur en scène, en 2014. La démarche artistique de la compagnie s’inscrit fondamentalement dans une temporalité qui accorde une importance essentielle au processus d’écriture et à la recherche. En cela, la compagnie défend l’idée que le travail créatif a besoin de temps parfois longs et lents et d’espaces nomades et poreux pour se nourrir et se développer.   
 
Notre volonté est de produire et diffuser des spectacles dans lesquels chaque élément est au service d’une dramaturgie qui dégage une esthétique forte permettant au spectateur d’entrer en relation avec une idée, une intention, un désir au-delà de la simple considération factuelle d’une danse bien exécutée au plateau. Il est important pour nous de stimuler l’attention du spectateur dans une relation à une certaine forme de fiction. Nous posons comme principe que nous utilisons le corps en général et la danse en particulier en tant que matériau d’écriture au service d’un propos qui déborde sur des questions politiques, philosophiques & poétiques. 
 
Notre désir et notre ambition est de construire une écriture émancipée et libre, qui ne perd pas notre époque des yeux en tentant de lui rappeler ces mots de Robert Musil :  « S'il y a un sens du réel, il doit aussi y avoir un sens du possible. » Nous soutenons et collaborons depuis le début aux activités de l'institut nomade, qui essaiment au niveau européen. L'institut nomade est un espace de recherche et d'expérimentation trans-disciplinaire fondé par Alexandre Le Petit. Les sessions de recherche et création menées au sein de l'institut entrent en résonance avec la démarche artistique de la compagnie, et permettent des espaces de réflexion collective autour de questions politiques, philosophiques, culturelles qui nous semblent  indispensables au travail artistique. 

Flora Pilet, artiste chorégraphique
Flora Pilet s’est formée à la danse contemporaine d’abord dans les cours d’Isabelle Journiac, puis au conservatoire d’Orléans. Elle poursuit sa formation à Paris en parallèle d’études de philosophie à Paris VIII. Elle s’intéresse à différentes pratiques somatiques et au contact improvisation issues de l’enseignement de Patricia Kuypers, Alain Monterbran, Benoit Lachambre, Sarah Shelton Man, Fabrice Ramalingom ainsi que de la danse butô qu’elle 
découvre dans l’enseignement de Sumako Koseki. Dans le cadre de stages professionnels, elle rencontre le travail d’Alain Platel, Patrick Bonté, Mathilde Monnier, Nasser Martin Gousset. Elle monte une première structure (cie Abrutis(m)e) qu’elle partage avec différents collaborateurs qui lui permet de s’ essayer à ses premières écritures chorégraphiques.( La tête de l’Autruche, Enaï, Moira). En 2010 elle s’installe à Caen et passe son Diplôme d’Études Chorégraphiques au Conservatoire Régional. Elle collabore avec le scénographe Alexandre Serrano sur une série de performance entre installation numérique et danse, réalise un film autour des figures mythologiques d’Ariane, Pénélope et Hélène. Elle développe un travail d’ateliers chorégraphiques auprès des patients de l’Établissement Public de Santé Mentale de Caen en partenariat avec le théâtre de Caen et le musée des Beaux-Arts. Suite à un stage de Body Weather avec Sherwood Chen elle part à San Francisco travailler en tant qu’assistante chorégraphique pour la cie HeadMistress. 
A la suite de son diplôme elle rencontre le dramaturge et metteur en scène Alexandre Le Petit avec qui elle co-écrit son premier solo 10 rue Condorcet en 2015, ensemble ils rebaptisent l’association qui devient la cie NOESIS. 
Depuis 2013, elle travaille également en tant que contributrice au sein de institut nomade,ainsi qu’au sein du collectif de théâtre MIND THE GAP. Elle travaille en tant qu’interprète et assistante chorégraphique pour plusieurs compagnies (Cie Dernier Soupir, Cie Moi Peau, Cie Sur le Pont)

Alexandre Le Petit, dramaturge & compositeur sonore
Au cours de son passage par les départements de philosophie et d’arts du spectacle de l’Université de Caen, il a initié une série d’expériences théâtrales inspirées par les écrits de la Beat Generation, qui intriquaient plusieurs « disciplines » et modes d'écritures, et qui furent un moment déterminant dans son choix de quitter l'université pour s'engager dans un chemin de recherche et de construction autodidacte. En 2003, il part s’installer en Belgique, à Bruxelles, où il travaille avec le philosophe Daniel Franco à la création d’un triptyque à partir des Métamorphoses d’Ovide qui sera produit par le Monty Theater d’Anvers. Il travaille ensuite en tant que conseiller dramaturgique pour plusieurs compagnies belges de 2004 à 2006. À partir de 2005, il signe avec la danseuse et chorégraphe canadienne Tawny Andersen plusieurs performances qui furent créées et produites en Europe et au Canada. À partir de 2010, en collaboration avec le philosophe et architecte Pierre Joachim, ils créent Ghost Notes, une installation performative qui décline ses différentes variations sur plusieurs années, et qui fut produite notamment au Beursshouwburg et au Kaaistudio (Bruxelles). En 2012, il fonde le projet transdisciplinaire institut nomade, au sein duquel il travaille entre la France et la Belgique au développement de sessions de recherche et d’écriture, et à la construction de conférences performatives à partir des concepts de pharmakon et d'individuation collective. 
Sites web : http://institut-nomade.org - http://versonatura.org

Artistes associés 
Christophe Bisson, cinéaste
Après un parcours universitaire en philosophie à l’université Sorbonne-Panthéon, où il obtient en 1994 un DEA avec mention très bien, il se consacre ensuite aux arts plastiques. Jusqu’en 2009, il participe à de nombreuses expositions personnelles en France et dans le monde (Paris, Budapest, Barcelone, Kiev, Vilnius, New York, Moscou...). _ En 2007, en s’associant avec la réalisatrice New-Yorkaise Maryann De Leo, qui a obtenu en 2004 l’Oscar du meilleur film documentaire, il réalise le documentaire White Horse, très remarqué dans les festivals internationaux. Nominé pour un Ours d’Or à la Berlinale, le film sera même diffusé sur le prestigieux network américain HBO. Cette première expérience de cinéma constitue pour lui une véritable bifurcation biographique puisqu’il cesse peu à peu de peindre pour se dédier progressivement uniquement au cinéma à partir de 2009. Depuis lors, Christophe Bisson se concentre sur son activité de documentariste, menant en parallèle un cycle de films basés sur des textes littéraires (Isaïe, Feast of Crispian, Entrée des écuyères et des tigres) et un cycle qui interroge la norme à travers la pathologie (Road Movie, Au Monde, Liquidation). Ses films sont 
montrés à la télévision (HBO, Canal+) et dans des festivals prestigieux, français et internationaux, tels que la Viennale, le Cinéma du Réel, le FID Marseille, etc. En 2011, il rencontre Triptyque Films et commence avec ces producteurs une fructueuse collaboration artistique.
Site web : https://vimeo.com/user5471234

Stéphanie Brault, vidéaste
Après une année à Londres, elle obtient une maîtrise d'études théâtrales sur le comédien beckettien. Elle traverse les univers de nombreux metteurs en scènes et chorégraphes. (Thomas Richards à Moscou, Domenico Castaldo à Turin, Claude Régy, Sam Louwyck, Viviane de Muynck...). Après un 1er solo “Ulysse et Pénélope”, elle en crée un second en 2008: « My Daddy was a King », qui raconte l'histoire de Mazarine Presley, la fille cachée du King.  
Depuis 2010, elle est réalisatrice de courts-métrages ainsi que de teasers pour de nombreuses compagnies (Clair Obscur, Projet Libéral…).  
Elle est membre du groupe de musique Cocktail ainsi que du Collectif d’artistes le Poney.  
Ses films sont visibles sur: vimeo.com/stephaniebrault.

Alexandre Serrano, régisseur & comédien
Alexandre Serrano découvre le théâtre très jeune. En 2006, il décide de solidifier son expérience en réalisant une licence Arts du Spectacle Théâtre option Scénographie à l’Université de Caen Normandie. Après différentes créations où il sera en jeu ou à la mise en scène tel que Huis Clos (cie Les chronophages) , il se spécialise en scénographie multimédia en suivant des formations en lumière automatisée au Cargö à Caen, en design sonore avec Tonio Serrano et en graphisme avec Sébastien Lenouvel. En 2008, il intervient auprès des classes d’arts plastique et théâtre du lycée Allende d’Herouville, sur une initiation à la scénographie. En parallèle, il continue ses recherches esthétiques et formelles sur les spectacles Dissonance en 2006 ou encore Ricky en 2007. 
En 2009, il rencontre la chorégraphe Flora Pilet avec qui il découvre et questionne la danse et le corps. De 2010 à 2013, ils amorcent ensemble différentes formes chorégraphiques, de la performance multimédia à la vidéo-danse. En 2014, il réalise une scénographie aérienne pour Dites moi que je rêve de la cie Le fil à tissé, avec une adaptation pour les représentations du CDN de Seine Saint Denis en 2015. Il suivra également les travaux de institut nomade amorcés par Alexandre Le Petit. Depuis, il renoue avec le théâtre à Papillon Noir Théâtre en tant que comédien et enseignant artistique. En 2016, il travaille sur une scénographie sonore pour 10 rue Condorcet de la cie Noesis et réalise une scénographie vidéo pour le Théâtre Ozenne avec la création Le sexe de la femme comme champs de bataille.

Anais Dumaine, danseuse & praticienne rolfing
Elle débute la danse contemporaine dans le milieu associatif caennais. Après des études de biologie en environnement à l’Université de Caen, elle intègre le Cycle à Orientation Professionnel du Conservatoire de Caen de 2006 à 2009. Formation pendant laquelle elle rencontre notamment Dominique Jégou autour du répertoire Bagouet pour qui elle devient assistante et interprète de 2010 à 2012. Elle poursuit sa formation en Belgique au travers de workshops dirigés par Joanne Leighton, Fabrice Ramalingom, Martin Kilvady et Zoé Poluch, mais aussi à New York en prenant des cours avec Irene Hultmann au Movement Research. Elle participe également en juin 2010 à l’atelier de recherche de Boris Charmatz sur sa création Levée des conflits
Elle rejoint Héla Fattoumi et Eric Lamoureux pour la création Circle avec des amateurs et Lost in Burqa en 2011. Elle travaille en ce moment avec Olivia Grandville sur la création Foules. Elle est également diplômée de la méthode Thérèse Bertherat et suit actuellement une formation de Rolfing à Génève mise en place par Hubert Godard.